La vérité cachée sur les dangers des vaccins

Le vaccin peut causer des blessures et la mort

Il n’y a jamais eu de tentative officielle de comparer une population vaccinée avec une population non vaccinée pour découvrir l’effet des vaccins sur les enfants et les adultes. Des études indépendantes ont montré que les enfants vaccinés sont beaucoup plus malades que leurs pairs non vaccinés.

Il a été constaté que les enfants vaccinés sont sujets à la dermatite, aux allergies, à l’asthme, aux maladies fréquentes du tractus gastro-intestinal, ainsi qu’à l’hyperactivité dans la petite enfance et au syndrome de fatigue déjà au lycée, etc.

En règle générale, une personne ne reçoit pas un, mais plusieurs vaccins. Il n’y a aucun test pour déterminer l’effet des vaccins combinés sur le corps humain. Et les vaccins à plusieurs composants sont comme un champ de mines.

Les enfants de moins de six mois et plus sont recommandés exclusivement au lait maternel car leur corps fragile ne peut accepter d’autres aliments, plus de 7 vaccinations sont injectées, y compris des revaccinations, des toxines vaccinales puissantes, ce qui est contraire à toute logique et science.

Les vaccins contiennent des métaux lourds, des agents cancérigènes, des produits chimiques toxiques, des virus vivants et génétiquement modifiés, du sérum contenant des virus animaux et du matériel génétique étranger et des décontaminants extrêmement toxiques. Ainsi que des produits chimiques auxiliaires, des antibiotiques.

Le mercure, l’aluminium et les virus vivants contenus dans les vaccins ont provoqué une pandémie d’autisme. Ce fait (que les vaccins provoquent l’autisme) a été confirmé par le procès américain contre les vaccins. L’épidémie d’autisme n’est observée que dans les pays où des vaccinations de masse sont effectuées.

Le mercure sous la forme sous laquelle il est utilisé dans les vaccins (diéthylmercure) est la deuxième substance la plus toxique après l’uranium, une substance radioactive. C’est une toxine industrielle et 1000 fois plus toxique que le méthylmercure ordinaire. Le mercure s’accumule dans les graisses. La majeure partie du mercure s’accumule dans le cerveau, qui est principalement composé de cellules graisseuses, et est la source de futures maladies nerveuses et mentales. La moelle épinière est la plus endommagée, et c’est peut-être la cause première des maladies de la colonne vertébrale d’une personne plus âgée. L’aluminium présent dans les vaccins rend le mercure sous toutes ses formes 100 fois plus toxique. Si la limite de l’OMS pour le mercure est prise en compte, les enfants vaccinés reçoivent 50 000 fois la limite. Le mercure, qui fait partie des vaccins, pénètre dans le système endocrinien et provoque l’infertilité chez les hommes et les femmes.

Selon les recherches du médecin américain Andrew Wakefield, le tractus gastro-intestinal des enfants s’est fortement affaibli après l’injection du vaccin ROR (ROR – contre les oreillons, la rougeole et la rubéole) avec une souche de virus vivant de la rougeole. Le CPC a un effet néfaste sur les propriétés protectrices des muqueuses vitales.

De plus en plus d’études concluent que les vaccins ont déclenché l’épidémie de cancer dans la société moderne. Le vaccin antivariolique et le vaccin antipoliomyélitique oral sont tous deux fabriqués à partir de sérum de singe. Ce sérum a aidé à pénétrer dans le sang humain de nombreux virus cancérigènes du singe, dont 60 ont été trouvés à ce jour (SV1 – SV60).

Les mêmes données sur la survenue du VIH. C’est l’utilisation de sérum sanguin de singe vert dans les vaccins qui a conduit à la transmission du virus de l’immunodéficience simienne (SIV) des singes aux humains. Le SIV et le VIH, cause du SIDA, sont très similaires.

Non seulement le SIDA, mais aussi le cancer du sang chez les enfants (leucémie lymphoblastique aiguë), qui touche des milliers d’enfants, est également largement dû à la nature extrêmement toxique des ingrédients du vaccin injectés directement dans le sang des enfants.

Il a également été scientifiquement prouvé qu’il associe la jaunisse (hépatite A) et le diabète de la petite enfance aux constituants toxiques des vaccins.

Le récent vaccin contre l’hépatite B n’est pas du tout destiné aux enfants. Il s’agit d’un vaccin contre les maladies sexuellement transmissibles qui n’est destiné qu’aux adultes ayant des relations sexuelles imprudentes.

Les vaccins sont également utilisés pour contrôler les populations des pays en développement. Et cela se fait sans avertir les gens à ce sujet. Dans de nombreux pays d’Asie et d’Afrique, un lot de sérum tétanique a été utilisé pour rendre la moitié féminine de la population incapable de fertilité. Cela a été fait en injectant une hormone qui, en stimulant les anticorps, avorte le fœtus au stade de sa formation. Après la vaccination, une femme n’est plus en mesure d’accoucher jusqu’à la fin de sa vie.
La surpopulation de la Terre est bien sûr pertinente, mais il vaut mieux résoudre ces problèmes de manière humaine, et non de manière aussi barbare.

D’après un entretien avec un ancien employé du laboratoire de fabrication de vaccins:

«Je vais vous donner des exemples de ce que j’ai trouvé et de ce que mes collègues ont trouvé. Mais ce n’est qu’une partie de celui-ci. Nous avons trouvé divers virus de poulet dans le vaccin contre la rougeole de Rimavex. Dans le vaccin antipoliomyélitique, nous avons trouvé de l’acanthamoeba, appelée «amibe mangeuse de cerveau». Cytomégalovirus de singe dans le même vaccin antipoliomyélitique. Virus mousseux simien dans le vaccin antirotavirus. Virus du cancer aviaire dans le vaccin ROR. Divers micro-organismes dans le vaccin contre l’anthrax. J’ai trouvé des inhibiteurs enzymatiques potentiellement nocifs dans plusieurs vaccins. Virus de canards, chiens, lapins dans le vaccin contre la rubéole. Pestivirus dans le vaccin ROR. « 

Tout cela est possible car le sang et les organes de divers animaux sont utilisés dans la production de vaccins. la base des vaccins est le sérum non seulement des chimpanzés et autres singes, mais aussi des vaches, des porcs, des lapins, des poulets et des chevaux.

Des scientifiques de Novossibirsk ont ​​découvert que le virus de la variole, qui vit chez presque toutes les personnes en raison des vaccinations, est le plus gros et qu’au contact de virus plus petits, ils échangent des bases azotées, modifiant l’ADN. C’est à ce processus que les scientifiques associent l’émergence de plus en plus de souches de grippe, d’hépatite, de sida.

En 1972, dans la revue « Santé du Kazakhstan », le professeur Amandzholova a rapporté que les lapins expérimentaux avaient été vaccinés et qu’après la 5ème génération, la population des lapins expérimentaux s’était dégradée et s’était éteinte. Dans les pays de l’ex-URSS (oui, en fait, dans d’autres pays européens), des vaccinations de masse de la population ont commencé à être effectuées depuis 1919, c’est-à-dire 4 générations se sont écoulées.
Les gens ne sont pas des lapins, bien sûr, mais un fait alarmant, car les deux sont des mammifères.

Au début du siècle dernier, Louis Pasteur a commencé à faire des vaccinations de masse en Afrique, affectant le système immunitaire des résidents locaux plus tôt que les gens des autres continents. En conséquence, une génération de plus est vaccinée en Afrique, ce qui explique probablement pourquoi le pourcentage de personnes atteintes du VIH et d’autres maladies virales est beaucoup plus élevé.

Le meilleur et le seul vaccin pour un enfant est le lait maternel.

Vous demandez, quel est l’avantage de la vaccination? Il n’y a pas d’argument unique en faveur de la vaccination.

© Le Monde français – Times of U

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *