Les origines du roman psychologique français du XIXe siècle

Les découvertes les plus importantes faites dans le genre du roman psychologique du XIXe siècle ont ouvert la voie à l’émergence de nouveaux écrivains-psychologues majeurs dans la littérature du tournant des XIXe et XXe siècles, période la plus récente du développement de la littérature française (Guy de Maupassant, Romain Rolland, Marcel Proust et autres).

Les origines du roman psychologique d’Europe occidentale se trouvent dans les Confessions d’Augustin, dans l’histoire de mes désastres d’Abelard, dans un roman chevaleresque médiéval, dans la nouvelle vie de Dante et dans les expériences de Montaigne. Le premier roman psychologique de la littérature d’Europe occidentale est parfois appelé « Élégie de Madonna Fiametta » par G. Boccaccio (1345).

Au 17ème siècle, l’un des meilleurs exemples de prose psychologique analytique est apparu en France – le roman de Marie de Lafayette «La princesse de Clèves» (1678).

Au XVIIIe siècle, le genre du roman psychologique sera le plus vivement représenté dans la littérature française (Les Fameuses Françaises de R. de Chales, La Vie de Marianne de Marivaux, les romans de Crebillon, Duclos, Prévost, Rousseau, Diderot, Chauderlos de Laclos).

Cependant, un moment particulier du genre du roman psychologique tombe au XIXe siècle. La réalisation la plus importante des premiers romantiques fut la découverte de «l’homme privé» (les origines de cette découverte résidaient dans «l’homme naturel» des éclaireurs, tout d’abord – dans le héros des «Confessions» de Rousseau, qui se trouva en conflit avec la société). L’intérêt pour le monde intérieur de la «personne privée», opposé au héros-citoyen classique, donne une impulsion au développement du psychologisme.

La divulgation du concept de «mélancolie» devient une expression spécifique du psychologisme romantique. La mélancolie romantique est décrite en détail dans Le génie du christianisme (1802) de Chateaubriand, qui mystifie ce sentiment, le liant à l’établissement de la religion chrétienne. Chateaubriand a écrit: «La persécution subie par les premiers croyants a accru leur dégoût pour tout ce qui est terrestre. L’invasion des barbares l’a renforcé à la limite, sous son influence, l’esprit humain a absorbé la tristesse et, peut-être, une légère nuance de misanthropie, qui n’a pas complètement disparu.

Les monastères grandissent partout, là où vont les malheureux, trompés par le monde, ou ces âmes qui préfèrent ne pas connaître certains sentiments, plutôt que de leur montrer et de voir comment ils seront cruellement trompés. Le fruit de cette vie monastique fut une extraordinaire mélancolie, et ce sentiment, qui a un caractère obscur, se mêlant à tous les autres, leur laissa une empreinte d’incertitude. Mais en même temps, miraculeusement, la vague dans laquelle la mélancolie plonge les sentiments, génère elle-même à nouveau cette mélancolie, comme elle s’élève dans le tourbillon des passions quand ces passions se dévorent sans but dans un cœur solitaire”.

Et Chateaubriand ajoute: «Il suffit d’ajouter quelques coups de fortune à un état de passions aussi indéfini pour qu’il devienne une source de drame formidable. Il est surprenant que les écrivains modernes n’aient pas encore pensé à décrire cet étrange état d’esprit”.

Si les héros mélancoliques de Chateaubriand dans les histoires «Atala» (1801) et «René» (1802), illustrant ces vues de l’écrivain, perdent pour la plupart des traits mystiques, alors dans les œuvres de E. Senancourt, B. Constant, le mysticisme dans la compréhension de la mélancolie comme un universel la vision du monde d’une personne moderne, telle que les romantiques l’entendent. Plus tard, le concept de «mélancolie» a été développé par Georges Sand, A. de Musset et d’autres écrivains qui, dans la plupart des cas, ont rejeté l’interprétation mystique de ce type d’attitude.

À l’origine du roman psychologique romantique se trouve l’écrivain français Etienne de Senancourt. Son roman Oberman (1804) est un roman en lettres. Le personnage principal, se retirant de la société, envoie des lettres à un destinataire inconnu, dans lesquelles il parle de lui-même, se livre à la réflexion, à l’introspection.

Le roman de B. Constant « Adolf » (1816) occupe une place particulière dans le développement du roman psychologique. Akhmatova a écrit que Constant « a été le premier à montrer chez Adolf la bifurcation de la psyché humaine, la relation entre le conscient et l’inconscient, le rôle des sentiments réprimés et a exposé les vraies causes des actions humaines. »

Le roman est écrit sous la forme d’un journal d’un jeune homme, Adolf, racontant l’histoire de son amour pour Ellenora. Les relations entre amoureux ne sont pas faciles. La passion et l’égoïsme se battent dans le cœur d’Adolf. Constant construit l’image du protagoniste sur de nombreuses transitions de l’amour, la passion, le respect, la compassion, la pitié à l’indifférence, la froideur, l’irritation envers sa bien-aimée. Tombé amoureux d’Ellenora, Adolph devient vite accablé de cet amour, il lui semble que la passion le prive de liberté et ruine ses talents. L’égoïsme d’Adolf devient la cause d’une maladie grave et de la mort d’Ellenora. Ayant perdu sa bien-aimée, le héros ressent à quel point il avait besoin d’elle, ressent profondément sa solitude et, inconsolable, part en voyage. A.S. Pouchkine a vu en Adolf le prédécesseur des héros de J. Byron.

Georges Sand entre en littérature lorsque deux genres dominent la prose romantique: le roman historique et le roman «violent» avec un tas d’événements incroyables, la lutte des passions «fatales» à bout, les meurtres, les cauchemars, etc.

Georges Sand développe un genre différent – le roman d’amour psychologique. Dans l’article « Oberman » E. -P. Senancourt « (1833), elle écrit: » … Pour les natures profondes et rêveuses ou les esprits observateurs et subtils, la chose la plus importante et la plus précieuse dans le poème est la capacité de révéler la souffrance la plus profonde de l’âme humaine, indépendamment de leur éclat et de la variabilité des événements extérieurs”.

L’appel à un roman psychologique avec un nombre minimum d’acteurs et d’événements extérieurs découle de l’idée qu’une personne n’a pas tant besoin de liberté sociale que de liberté individuelle de sa vie spirituelle. Par conséquent, Georges Sand a soutenu dans l’article que la vraie littérature est remplacée par «la littérature idéale, la littérature sur le monde intérieur de l’homme, qui ne traite que des problèmes de la conscience humaine, n’empruntant au monde sensoriel que la forme externe pour exprimer ses idées …».

Tous les premiers romans de George Sand (Indiana, 1832; Valentine, 1832; Lelia, 1833; Jacques, 1834) sont intimes. Il y a peu de personnages en eux. La portée du récit est plutôt étroite. Les motifs sociaux n’acquièrent pas encore une signification indépendante. L’essentiel en eux est la divulgation de la psychologie. Mais cela ne se produit pas séquentiellement, mais à pas de géant.

Georges Sand ne note que des catastrophes mentales, des explosions de sentiments, et non leur évolution. Déjà dans «Indiana», l’écrivain a abandonné le style fleuri des romans «violents». Elle développe une phrase simple, flexible et concise. Son trait distinctif est la musicalité. Cette propriété du style de Georges Sand a été remarquée par le grand compositeur hongrois Franz Liszt.

Le lien transitoire entre le roman psychologique romantique et réaliste est l’œuvre de l’écrivain français Alfred de Musset. Son roman psychologique Confessions du fils du siècle (1836) est particulièrement célèbre. «La maladie du siècle», représentée par l’écrivain à l’image du personnage principal – Octave, a un caractère social qui rapproche le roman psychologique de Musset d’un roman psychologique réaliste.

Le fondateur du roman socio-psychologique réaliste de la littérature française était Frédéric Stendhal (de son vrai nom – Henri Marie Baile).

Le genre d’un roman psychologique de type Stendale commence à émerger dans le premier roman de l’écrivain, Armance (1827). L’un de ses meilleurs romans, Red and Black (1831), est devenu un modèle mature d’un roman socio-psychologique réaliste dans l’œuvre de Stendhal. Le personnage principal, un jeune plébéien, fils d’un bûcheron Julien Sorel, rêve d’une carrière, de la gloire de Napoléon.

Le talent, la volonté et l’ambition permettent au héros de faire beaucoup: il devient d’abord éducateur dans la maison d’un noble des fidèles, Monsieur de Rénal, prend possession du cœur de la gentille et sensible Madame de Rénal, s’installe à Paris, où il reçoit le poste de secrétaire du marquis de La Mol et réalise l’amour de sa fille, aristocrate intelligente et fière Matilda de La Mole.

L’ascension de Julien vers les hauteurs du succès fut interrompue par une lettre de son ancienne amante madame de Rénal au marquis, dans laquelle elle avertit le marquis de la duplicité de son secrétaire et de ses véritables intentions. En apprenant la lettre, Julien se précipite à la Verrière et dans l’église tire sur Madame de Rénal, la blessant. L’emprisonnement qui a suivi détruit la carrière de Julien. Le refus du héros de faire des compromis avec la société, de demander la clémence et un discours audacieux et accusateur lors du procès ruine sa vie. Julien est exécuté.

Comme le héros du roman de Stendhal Vanina Vanini, le jeune carbonarien Pietro Missirilli, Julien veut le bonheur, mais Julien part à la «chasse au bonheur» différemment de Pietro: après tout, il vit dans un pays différent, dans une société différente. Passionné et entier en italien, Pietro veut avant tout la liberté pour sa patrie, et en cela il trouve le bonheur pour lui-même; en français, le vaniteux et fier Julien aspire à la reconnaissance et à la liberté pour lui-même.

L’auteur, suivant les traditions du psychologisme romantique, montre la dualité de Julien, une combinaison de noblesse intérieure, de dignité, de talent, d’une part, et de prudence, d’égoïsme, de vanité, d’autre part. Cependant, la raison de cette dualité n’est pas l’éternelle lutte entre le Bien et le Mal dans l’âme du héros, ni le choc dans son esprit d’idées et de valeurs différentes, mais l’influence de l’époque historique, la société dans laquelle vit Julien Sorel. Dans un combat avec le temps, Julien est vaincu, mais il gagne le combat avec lui-même.

À la fin du roman, le héros fiasco trouve le meilleur qui était dans son âme et qu’il a si longtemps caché sous le couvert d’un hypocrite et carriériste, soumis aux exigences de la société. Stendhal a montré que le caractère et le destin de Julien sont déterminés par le temps. L’ère de la Restauration n’avait pas besoin d’héroïsme, n’exigeait pas de talent, ne valorisait pas le courage et la volonté personnels. L’adaptation est devenue son slogan. Julien est un personnage tragique, peu demandé par l’époque.

Le psychologisme est un principe artistique intégral des romans d’O. De Balzac, inclus dans son cycle grandiose « La Comédie humaine ».

© Le Monde français – Times of U

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *